A TRAVERS DES ORAGES ET DES INONDATIONS LA PLUIE FAIT DES DEGATS AU MALI PENDANT CET HIVERNAGE

Bilan des inondations du 12 au 27 juillet 2016 au Mali est de 13 morts dont 4 à Bamako. Le Directeur Général de la Protection civile, le colonel Seydou Doumbia a fait le bilan des inondations du 12 au 27 juillet 2016. C’était au cours d’un point de presse, le 28 juillet dernier.

D’entrée  de  jeu, le colonel Seydou Doumbia, Directeur Général de la Protection civile a énuméré   13 morts, 9135 sinistrés, 1459 maisons écroulées, 850 ménages touchés.

Le Directeur Général de la Protection civile, le colonel Seydou Doumbia dira que les pluies diluviennes ont fait beaucoup de dégâts. 13 morts dont 4 à Bamako (quartiers de Banconi, Daoudabougou, Dianjiguila, quartier Mali), 5 à Sikasso, 3 à Koulikoro, 1 à Ségou, a-t-il regretté. Et d’ajouter que 850 ménages au total ont été touchés, soit 35 à Koulikoro, 14 à Bamako, 94 à Sikasso, 112 à Ségou, 182 à Mopti, 93 à Tombouctou, 404 à Gao.

En ce qui concerne le nombre de maisons écroulées, le premier responsable des soldats du feu, le colonel Seydou Doumbia dira que 1459 dont 45 identifiés en deuxième région (Koulikoro), 896 dans la cité du Kenedougou (Sikasso), 17 dans la capitale des Balanzans (Ségou), 320 dans la Venise malienne (Mopti) , 150 dans la capitale des Askia (Gao), 58 dans la région de Tombouctou et 0 à Bamako. Le directeur de la Protection civile ajoutera que son service a recensé 9135 personnes sinistrées. Les causes de ces inondations sont nombreuses. Il s’agit, entre autres, de l’insuffisance de caniveaux, l’absence, l’insuffisance et le sous-dimensionnement des caniveaux, l’occupation des servitudes et des lits des cours d’eau, l’utilisation de systèmes de drainage des eaux comme lieux de dépôts des ordures, fortes précipitations, a-t-il souligné.

En indiquant que malgré les messages de sensibilisation passés par la Direction sur les inondations. «La direction a eu aussi à faire des préparations sur les interventions avec la mise en place d’une cellule de veille et de renforcement de capacité d’intervention pendant les opérations. Nous faisons en sorte d’intervenir rapidement sur les zones d’intervention à chaque fois que les cas d’inondations se posent». Des défis restent à relever, indique le Directeur Général de la Protection civile, pour garantir l’assistance aux victimes et la lutte contre les catastrophes. «On doit continuer à sensibiliser les populations au risque d’inondation, assister et secourir les victimes d’inondations», a-t-il conclu.