Journée mondiale de la Protection civile : SOUS LE SIGNE DE LA PROTECTION DES ENFANTS

Le président de la République a pu constater une montée en puissance et une appropriation du matériel par les soldats du feu. Il a jugé réconfortant cette avancée dans la capacité à faire face aux catastrophes

 

Deux bébés et quelques enfants sont coincés dans une maison en flammes à Hamdallaye ACI 2000. Des
éléments de la Protection civile interviennent et sauvent la vie des mômes. Il ne s’agit que d’un exercice de simulation qui aura duré une douzaine de minutes. Il a permis de faire la démonstration de
la dextérité et du don de soi des soldats du feu.
La scène était au programme de la célébration de la Journée mondiale de la Protection civile qui a lieu
chaque année le 1er mars.
Le thème de la Journée de cette année était justement :« La protection des enfants,
c’est notre responsabilité ».
L’événement était présidé par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita, vendredi dernier, devant la direction de la Protection civile, à Hamdallaye
ACI 2000. La cérémonie
a enregistré la présence
du Premier ministre, Soumeylou
Boubèye Maïga, du
président de l’Assemblée nationale,
Issiaka Sidibé, de
plusieurs membres du gouvernement,
des représentants
du corps diplomatique,
de la hiérarchie militaire, et
de nombreux invités.
Il convient de rappeler
que la Journée mondiale de
la Protection civile est célébrée
sous l’égide de l’Organisation
internationale de la
protection civile dont le Mali
est membre depuis sa création.
Premier à prendre la parole,
le maire de la Commune
IV du district de Bamako,
Adama Bérété a, dans son
discours de bienvenue, exprimé
sa satisfaction du fait
que sa circonscription abritecette
célébration. L’édile a
assuré que son équipe et luimême
ne ménageront aucun
effort pour le plein accompagnement
de la Protection civile
pour l’atteinte des
objectifs à eux assignés par
les autorités du pays. Pour
terminer. Il a loué l’engagement
et le sacrifice des « soldats
du feu ».
S’exprimant à son tour, le
directeur général de la Protection
civile, le colonel –
major Seydou Doumbia a déclaré
que le Mali est pleinement
en phase avec le thème
de cette Journée. II a expliqué
notre pays n’a pas attendu
la proclamation de ce
thème par l’Organisation internationale
de la protection
civile pour poser des actes
concrets allant dans le sens
de la protection des enfants.
A titre d’illustration, a détaillé
le colonel – major Seydou
Doumbia, on peut citer, entre
autres, les dispositions pertinentes
de la Constitution du
25 février 1992 qui, dans son
préambule, proclame la détermination
du peuple souverain
du Mali à défendre les
droits de la femme et de l’enfant,
le caractère sacré et inviolable
de la personne
humaine, ainsi que son droit
à la vie, à la liberté, à la sécurité
et à l’intégrité. De plus,
le directeur de la Protection
civile a cité les dispositions
du Code pénal et du Code de
procédure pénale en faveur
de la protection des enfants,
la ratification par le Mali de la
Convention internationale
des droits de l’enfant, le tribunal
pour enfant, le Centre de
détention et de réinsertion
pour mineurs, l’instauration
d’un Parlement pour les enfants,
etc.
« Au cours de l’accomplissement
de nos missions, les
enfants et les personnes vulnérables
constituent nos premières
priorités.
C’est pourquoi, le renforcement
des capacités de la
Protection civile contribue à
une meilleure protection des
enfants. A ce niveau également,
de nombreux efforts
ont été consentis par l’Etat, à
travers la mise en oeuvre de
la Loi de programmation relative
à la sécurité intérieure
(LPRSI) », a-t-il noté. Il a rappelé
aussi les efforts consentis
par l’Etat dans le domaine
du renforcement des effectifs
et de la formation du personnel.
Ce processus de recrutement
annuel, a-t-il annoncé,
devra porter l’effectif du personnel
de la Protection civile
à environ 4000 éléments à
l’horizon 2021, contre 1200
en 2015.
ECOLE MODERNE.
Dans le domaine de la logistique,
la direction générale de
la Protection civile, aux dires
de son premier responsable,
a bénéficié du 1er mars 2018
au 1er mars 2019 de la dotation
de 15 ambulances dont 5
semi-médicalisées, 16 véhicules
de commandement et
de liaison, 2 fourgons camions
incendie d’une capacité
de 10.000 litres chacun,
tous financés par le budget
d’Etat. « S’agissant des infrastructures,
la construction en
cours des Centres de secours
de Bandiagara et de
Niamana, la construction programmée
pour 2019 du Centre
de secours fluvial de
Bamako, viendront renforcer
les infrastructures déjà existantes »,
a-t-il salué. Il a rappelé
également l’ouverture
des postes de secours routiers
de Didiéni, Kourémalé,
Diboli, Bla, etc.
Pour le patron des Sapeurs
– pompiers, ces acquis
variés et multiformes ont permis
d’améliorer de manière
significative les interventions
des unités de la Protection civile.
Il rappellera à ce propos
qu’en 2018, les unités de
Protection civile ont effectué
19.925 interventions, contre
16.941 en 2017.
Toutefois, a tempéré le directeur
général de la Protection
civile, compte tenu de la
nature changeante et multiforme
des catastrophes, il est
nécessaire d’assurer la formation
continue des personnels
en charge de ce
domaine.
« Je voudrais, au nom de
l’ensemble des personnels et
au mien propre, réitérer à
votre haute attention, la nécessité
pour la Protection civile
du Mali, de disposer
d’une Ecole moderne, à la dimension
de son ambition de
pouvoir assister et secourir
toutes les populations, des
villes comme des campagnes,
sur toute l’étendue
du territoire national, et face
à toute sorte de catastrophes.
Telle est notre seule
et unique doléance », a-t-il
plaidé avec insistance.
Une autre séquence majeure
de la cérémonie a porté
sur la présentation d’un
sketch qui a mis en lumière la
pertinence des missions,
mais aussi et surtout l’engagement
des agents de cette
entité importante. Le défilé
des troupes et des engins a
également été un moment
bien apprécié par l’assistance.
C’est par la visite des
stands par le chef de l’Etat et
un cocktail que cette cérémonie,
riche en événements,
s’est achevée.
Le président de la République,
dans l’interview qu’il a
accordée à la presse à la fin
de la cérémonie, a souligné
que les efforts qui ont été
faits pour l’équipement de la
Protection civile ne sont pas
des cadeaux.
« En réalité, nous sommes
tous concernés, tous les
jours et à tout moment. Donc,
ce qui est fait là est fait pour
nous. Plus nous serons capables
d’anticiper, d’imaginer,
de projeter, de planifier et
d’acquérir, mieux nous serons
protégés, nos enfants
aussi », a insisté Ibrahim Boubacar
Kéïta.
Selon le chef de l’Etat, il
est pertinent également que
cette année le thème retenu
soit la protection de l’enfance.
Par ailleurs, le président
Kéïta a bien apprécié l’organisation
de la cérémonie, le
sketch qui a été présenté et
la pertinence des thèmes.
Le chef de l’Etat a souligné
qu’il s’est rendu compte
qu’entre deux éditions de la
Journée mondiale de la Protection
civile, il y a une montée
en puissance et une
appropriation réelle des capacités.
« Vous pouvez imaginer
que pour moi, décideur,
c’est gratifiant, et c’est réconfortant
de voir que ce que l’on
fait au quotidien porte ses
fruits », a apprécié Ibrahim
Boubacar Kéïta, avant de
faire la promesse d’offrir une
Ecole de formation à la Protection
civile.
Massa SIDIBé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *