PREVENTION DES CATASTROPHES NATURELLES AU MALI

En vue de faire face aux catastrophes naturelles, la Direction Générale de la Protection Civile, en partenariat avec le PNUD, a organisé un atelier de quatre jours pour valider le Plan de Contingence National Multirisque couvrant la période 2015-2016. La cérémonie a eu lieu, le Mardi 21 Avril 2015, dans un hôtel de la place.

Placé sous la présidence du Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de Division Sada SAMAKE, elle a enregistré la présence du représentant résident du PNUD au Mali, Jean Luc STALON, et de plusieurs autres personnalités.

Cet atelier qui s’est déroulé du 21 au 24 Avril 2015, s’inscrit dans le cadre des renforcements de capacités des acteurs intervenant dans la gestion et la prévention des catastrophes naturelles dans notre pays.

L’objectif visé par cet atelier est la clarification des responsabilités entre les services de l’Etat et les partenaires, la facilitation de la coordination des actions et la cohérence des préparations sectorielles, la planification conjointe couvrant les risques récurrents, la réduction des délais d’interventions et le nombre de perte en vies humaines.

Durant ces quatre jours les participants ont eu à une approche participative et interactive, à présenter le draft du plan de contingence de 2013 amélioré, des discutions, questions réponses, des travaux de groupes, la plénière et à adopter les recommandations.

Dans son discours d’ouverture le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile a rappelé que la gestion et la prévention des risques de catastrophes comme facteur de développement et de réduction de la pauvreté cadre bien avec les priorités du Président de la République. Selon lui, cela montre un signal fort que le Mali est engagé dans la préparation de la gestion des risques de catastrophes.

Quant à Jean Luc STALON, le représentant résident du PNUD au Mali, il a indiqué que dans le Monde, 70 pour cent des catastrophes naturelles sont dues aux changements climatiques. En outre, il a rappelé que 70 pays à travers le monde dont le Mali est identifié comme particulièrement vulnérable.

Par ailleurs, il a souligné que depuis la conférence de HYOGO, tenue en 2005 et celle de Sendai au Japon, tenue en 2015, le PNUD apporte son appui à plusieurs pays dans la mise en œuvre des cadres d’action issus  de ces deux conférences qui portent sur la prévention et l’adaptation aux changements climatiques. C’est dans ce cadre,  explique-il, que le PNUD/Mali appuie techniquement et financièrement le Gouvernement du Mali à travers la Direction Générale de la Protection Civile dans la mise en œuvre du projet de renforcement des capacités des structures Etatique et des collectivités décentralisées.

Partant de là, il a exhorté les participants à conduire avec minutie une bonne analyse des risques auxquels le Mali est confronté, à définir les scenarii les plus probables pour assurer une réponse efficiente sur le terrain.