Protection civile : LE BILAN ÉDIFIANT DES ACTIVITÉS DE 2014

Notre pays, comme le reste de la communauté internationale, a célébré dimanche la Journée internationale de la protection civile. La cérémonie de célébration, présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Sada Samaké, a été marquée par le lancement du nouveau site internet de la Direction générale de la Protection civile à l’adresse www.protectioncivile.ml.
La journée a été l’occasion pour le directeur général de la Protection civile, le colonel Seydou Doumbia, de revenir sur les actions majeures menées par le service en 2014, celles en cours et les perspectives.

En 2014, indique-t-il, la Protection civile a conduit une multitude d’actions dans le domaine de la prévention des risques et des calamités. Elle a ainsi diffusé 840 communiqués et messages de prévention sur les antennes des radios de proximité à Bamako et dans les régions ; réalisé un sketch sur la prévention des dangers liés aux inondations et autres manifestations pluvio-orageuses pendant toute la période d’hivernage. Elle a effectué 361 visites de prévention contre les incendies et la panique dans les établissements recevant du public (ERP), les installations classées et les bâtiments d’habitation.

Par ailleurs, 148 dossiers de construction ont été étudiés en collaboration avec les autres services concernés et 123 couvertures sanitaires des rassemblements de personnes (manifestations culturelles, religieuses et sportives) ont été assurées.
Dans le cadre des secours aux victimes d’accidents de la circulation, d’incendies et autres sinistres, les unités opérationnelles de la Protection civile de Bamako et de l’intérieur ont effectué 12 850 sorties pour assister et secourir 19 974 victimes (627 décès et 19 347 blessés). Quelques 2 822 Maliens rapatriés de divers pays ont été dignement accueillis au centre d’accueil de la Protection civile et orientés vers leurs localités d’origine. 943 sinistrés des inondations à Bamako et à l’intérieur ont bénéficié de l’aide d’urgence des services de la Protection civile.
Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de gestion des risques de catastrophes et d’adaptation aux changements climatiques, quatre projets de textes importants ont été élaborés et validés. Il s’agit du projet de document de stratégie nationale de réduction des risques de catastrophes assortie d’un plan d’action ; du projet de décret portant adoption du plan d’organisation des secours (communément appelé plan Orsec), du projet de décret portant organisation et modalités de fonctionnement de la Plate-forme nationale pour la prévention et la gestion des catastrophes ; et enfin du projet de stratégie de communication en matière de réduction des risques de catastrophes.
Dans la même dynamique, le processus d’intégration de réduction des risques de catastrophes dans les programmes d’enseignement fondamental et secondaire est en cours, en collaboration avec la Direction nationale de la Pédagogie.
Par ailleurs, un projet pilote de réduction de la vulnérabilité des populations de la Commune I du District de Bamako face aux risques d’inondation a été mis en œuvre avec comme résultats la formalisation d’un mécanisme communal de veille et de gestion des inondations.

Mais pour Seydou Doumbia, si des avancées significatives ont été faites en matière de réduction des risques de catastrophes, il reste encore beaucoup à faire. « Parmi les priorités, il s’agira notamment de poursuivre la couverture progressive du territoire en unités de protection civile par la multiplication des centres de secours et des postes de secours routiers pour assurer les secours de proximité et renforcer davantage en équipements techniques les capacités des structures nationales chargées de la prévention et de la gestion des catastrophes », a souligné le directeur général de la Protection civile.

Alhoudourou A. MAÏGA